Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Most Popular



Most Viewed

Essai de la Dodge Challenger SRT Hellcat 717 ch

Difficile à trouver en Europe, la Dodge Challenger incarne l’automobile américaine avec tous ses excès; surtout dans sa version SRT Hellcat de 717 ch. Une vraie folie, terriblement jouissive !

Lancée en 2008 et restylée 2014, la Dodge Challenger reste au catalogue et; se contente de légères retouches esthétiques avec une poignée de chevaux en 2020. Sa ligne indémodable avec un long capot rappelle celle de la Dodge Charger de 1969; popularisée par la série « Shérif, fais-moi peur ».

La plus puissante déclinaison de la Challenger baptisée SRT Hellcat High OutPut abrite; un bon vieux V8 6.2l à compresseur développant la bagatelle de 809 ch. Elle se reconnait à ses logos spécifiques mais aussi; son phare avant droit évidé faisant office d’entrée d’air pour gaver le moteur.

Notre modèle d’essai bleu à bandes noire; prêté par le garage Socal Frenchiez de Los Angeles et mis à notre disposition par California Motors (77); est un modèle Hellcat « standard » de 2015 qui ne revendique donc que 717 ch. Mais la version 2020 n’a gagné que 10 poneys et; cela devrait suffire pour découvrir ce « Muscle Car » aussi attirant qu’effrayant.

Un coupé spacieux et bien équipé

Avec 5 m de long pour 1,92 m de large. La Dodge Challenger SRT Hellcat arbore un gabarit plus adapté; pour les grands boulevards de Los Angeles que ceux de Paris. Ce grand coupé 2 portes propose trois places arrière; certes peu accessibles, mais assez spacieuses pour des adultes de taille moyenne.

Le coffre n’est pas non plus des plus pratique à charger mais offre un volume confortable. Si les américains n’ont pas toujours été tatillons sur la finition; il faut admettre que la Challenger est bien présentée avec un mobilier composé de matériaux bien rembourrés et; des placages en aluminium bouchonnée du plus bel effet.

Les sièges baquets siglés SRT se contentent d’un seul réglage électrique en longueur; mais sont chauffés, ventilés et assurent un excellent confort tout en maintenant bien le corps. La Dodge Challenger séduit aussi par son ergonomie bien pensée.

L’écran tactile permet d’accéder facilement aux différents modes de conduite (Eco, Track, Sport, Custom ou Default). Il l’offre une foule d’informations et intègre une clef 3G intégrée pour ajouter des applications; localiser son véhicule ou diffuser le Wifi à bord.

Comme toute ricaine; la Dodge Challenger SRT Hellcat embarque aussi une chaine Hi-Fi Harman Kardon; avec un caisson de basse de compétition sous le plancher du coffre. Bref, cette Dodge d’occasion reste à la page.

C’est pas l’homme qui prend la Dodge !

C’est pas l’homme qui prend la Dodge, c’est la Dodge qui prend l’homme. Tintintin ! Dès la mise en route de l’énorme V8, son grondement vous met en garde. Et la première pression du pied droit fait patiner les roues arrière.

L’antidérapage déconnectable en mode Track et assez permissif en mode Sport rend la voiture très vive du train arrière à l’accélération. L’ample rayon de braquage n’est pas idéal en ville tout comme l’ample rayon de braquage et la visibilité limitée. La caméra de recul n’en est que plus appréciable. Empotée dans la cité; la Challenger se détend sur voie rapide où sa longueur et son poids conséquent lui assure une bonne stabilité.

L’insonorisation en revanche est assez limitée et le bruit sourd du moteur à régime stabilisé peu fatiguer sur long courrier. En mode relâché sur départementale dégradée, notre « Ricaine » délurée s’en sort avec fierté.

Le train avant est certes bien chargé mais les suspensions électroniques Bilstein filtrent bien les chocs et; le train arrière multibras assurent un bon guidage. Il faut tout de même accepter un certain niveau de fermeté même sur le mode « Street » le plus douillet. Et se méfier des ruades du train arrière sur le mode « Track ». Bien campé sur ses jantes de 20 pouces; la Challenger peut aussi compter sur ses puissantes mâchoires Brembo à six pistons qui gomment sa masse pachydermique.

La boîte automatique à 8 rapports très lente en mode « default » devient beaucoup plus réactive et; génère même des à-coups en utilisant les palettes au volant sur le mode « Track ». Le bolide change alors de caractère et dévoile son côté monstrueux.

Bardée de couple de 2000 à 5900 tr/mn; le moteur vous assène des uppercuts façon Tyson tout en hurlant sa rage. Une brute épaisse qui réclame au moins 25 l/100 de 98 entre chaque round.

Côté tarif, il faut tabler sur environ 89 000 € pour un modèle neuf importé. A cela s’ajoute les taxes avec une carte grise à 36 CV. Les exemplaires vendus en France affichent d’ailleurs souvent quelques kilomètres au compteur histoire de pondérer le montant du malus écolo. Certes ce ni économique ni écologique. Mais un Muscle Car, c’est comme un bon cigare. Cela s’apprécie pour les grandes occasions.

Verdict :  La Dodge Challenger SRT Hellcat ne pourra sans doute pas longtemps lutter contre les nouvelles lois. Celle belle rebelle devient donc encore plus désirable. Sa ligne intemporelle et les émotions fortes qu’elle procure en font un collector de premier ordre. Un pan de l’histoire automobile.

Fiche technique Dodge Challenger SRT Hellcat.

  • Motorisation : V8 6.2 compressé
  • Version essayée : SRT Hellcat
  • Tarif : 75 000 € avec options (occasion de 2015)
  • Conso moyenne constructeur (l/100 km)  : 14,4 durant l’essai : 25
  • CO2/bonus : 339 g/km/ 20 000 €
  • Pays de fabrication : Canada

Gamme proposée :

  • Essence de 46 900 € à 108 900 €
  • Puissance de 308 à 809 ch
  • Moteur : V8 6166 cm3, compressé, 16 s
  • Transmission : aux roues arrière, automatique à 8 rapports
  • Puissance (ch) : 717 à 6000 tr/mn
  • Couple (Nm à tr/min) : 881 à 4000 tr/mn
  • Vitesse maxi (km/h) : 314 km/h
  • 0 à 100 km/h/1000 DA (s) : 3,6 s/NC
  • Réservoir : 70 litres

Dimensions et poids

  • Poids en ordre de marche (kg) : 2030 kg
  • Long.xlarg.xhaut. (m) : 5,02×1,92×1,42
  • Empattement (m) : 2,95
  • Coffre (dm3) : 458

Merci à Socal Frenchiez et California Motors

Source : auto-moto.com/essais/

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*